Bien les nourrir, Prendre soin de nos bêtes

Nourrir son animal avec des aliments crus : BARF ou pas BARF?

 

 

La nutrition de Médor ou Félix est un vaste sujet! Tout le monde a son avis : croquettes ou pâtée, marque ou pas marque, industriel ou fait maison… en fonction de ses convictions et de son budget ! A mon sens il n’y a pas un choix qui vaut mieux qu’un autre, tant qu’a minima on évite les premiers prix qui peuvent vraiment être dangereux pour la santé de son animal. Aujourd’hui, mettons le projecteur sur le BARF.

Qu’est-ce que le BARF ?

BARF est l’acronyme de « Biologically Appropriate Raw Food » ou encore « Bones And Raw Food ». En français, cela signifie une alimentation à base d’aliments crus – le moins transformés possible – adaptés à l’animal. Grosso modo, de la viande, des abats, des os et quelques suppléments comme des légumes, des huiles, des oeufs.

Si on pousse la démarche au maximum, on entre dans la catégorie du « Whole Prey » (proie entière). Il s’agit là de donner à son animal sa « proie », dans l’état dans lequel il l’aurait trouvée dans la nature.

Le BARF peut être fait maison, en choisissant soi-même le type de viande, les proportions viande / os / bas morceaux, les suppléments fruits / légumes / huiles. Mais il existe aussi des versions industrialisées en blocs congelés ou en lyophilisé.

Je veux en savoir plus sur le BARF et l’alimentation crue en général

Avantages et  inconvénients du BARF

Les bénéfices

  • Une alimentation personnalisée en fonction des besoins de votre animal de compagnie (surtout si on le prépare soi-même) car elle prend en compte la race, la taille, l’âge, l’activité physique de votre compagnon à quatre pattes.
  • Un meilleur contrôle de ce qu’on donne à notre animal
  • Le respect de la nature sauvage de son animal (même les pachas d’appartement ont des loups et des chats sauvages pour ancêtres !)
  • Economiquement, cela peut être intéressant si on s’entend bien avec son boucher et qu’il vous garde quelques morceaux de choix ou si on achète à plusieurs (et c’est toujours moins cher quand on fait soi-même) !

Les difficultés liées au BARF

  • Le temps (cuisiner prend toujours plus de temps que d’ouvrir une boîte)
  • Je suis convaincue qu’il faut avoir des bases en nutrition pour savoir adapter les recettes aux besoins de son animal (taux de viande, légumes, céréales, nutriments…), une prise d’informations est donc très importante pour ne pas faire n’importe quoi et pour que votre toutou ou minou ne souffre pas de carences
  • Nous n’avons encore que peu de recul sur ce régime alimentaire, même s’il s’inspire de leur alimentation ancestrale et que les adeptes louent les bénéfices du cru (le lobby des industriels prend de la place dans le débat, des études sont en cours mais pas de résultat tangible pour le moment)
  • Le BARF est exigeant en termes d’hygiène (il faut à tout prix éviter que la viande crue ne soit contaminée, il faut privilégier des gamelles en métal et les nettoyer tout de suite après le repas pour éviter la prolifération des bactéries)
  • Le régime cru n’est pas adapté aux animaux malades (maladie hépatique, rénale, cancer ou maladie immunodépressive)

Si vous n’êtes pas encore sûrs de vous, je vous conseille d’en parler à votre vétérinaire, et s’il n’y voit pas d’inconvénient vous pouvez commencer à proposer ce régimes à votre carnivore à quatre pattes! N’hésitez pas à vous documenter avec des livres de recettes, ou en vous inscrivant à des forums pour échanger avec d’autres adeptes. Ainsi, vous pourrez commencer à intégrer peu à peu du cru dans l’alimentation de votre boule de poils, pour voir si elle le supporte bien.

Et le régime vegan ?

Les chats comme les chiens sont intrinsèquement CARNIVORES, n’en déplaisent aux propriétaires d’animaux de compagnie végétariens ou vegans. Moi-même je mange de moins en moins de viande et de poisson, donc je peux comprendre cet idéal de faire suivre ce régime à son animal, mais malgré cela je choisis de respecter sa nature et de ne pas lui imposer un régime qui ne peut le satisfaire, voire qui peut le mettre en danger.

Une alimentation industrielle végétarienne est possible, à condition que les nutriments indispensables à la survie de votre animal soient présents. Or la seule manière d’y parvenir est d’ajouter artificiellement ces nutriments. Est-ce vraiment mieux pour votre animal de compagnie ?

L’avis d’un vétérinaire

Si vraiment vous refusez de respecter la nature carnivore de votre animal de compagnie, alors pourquoi ne pas adopter un animal physiologiquement végétarien (rongeurs, oiseaux, ou même tortues!)

Et vous, vous le nourrissez comment votre animal ?

Autres sources

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.