Améliorer leur quotidien, Comprendre nos bêtes, Faire du sport avec nos bêtes, Nos bêtes et nous, Prendre soin de nos bêtes

Prendre soin de son chien (4/5) – Exercer, sociabiliser et jouer

 

 

 

Le nouvel article de la série « Prendre soin de son chien » est enfin disponible!

Votre chien est un nouveau membre de la famille et vous devrez lui prodiguer tous les soins nécessaires afin de nouer une relation de confiance et d’amour entre vous.
Le but de cette série d’articles est de faire prendre conscience de la responsabilité que la possession d’un animal de compagnie (et a fortiori d’un chien) implique. Avant de prendre une telle décision il est important de se renseigner sur la façon d’en prendre soin : vous devrez fournir à votre animal tout ce dont il a besoin, tant sur le plan physique qu’émotionnel. Cela passe par une nourriture saine, un abri et une maison sûre pour lui. Et cela signifie également que vous devrez vous assurer du bonheur de votre chien en prenant le temps de jouer avec lui, lui faire faire de l’exercice, et le stimuler intellectuellement.

C’est ce dernier point que nous allons évoquer dans cet article.

  1. Les exercices physiques

On ne le dira jamais assez, faites faire du sport à votre chien le plus possible ! Le type d’exercice et la quantité varient selon sa catégorie (chien de compagnie, chien de berger, chien de chasse) et sa race, son âge, son état de santé… Ainsi, un chien de type rapporteur (par exemple un labrador ou un cocker) préférera jouer à la balle lors de ses promenades. Un chien comme un cocker se fatiguera assez vite, alors que pour fatiguer un labrador, il faudra des promenades d’au moins 30 à 45 minutes, et ce deux fois par jour afin qu’il se dépense correctement. Il arrive même que certains chiens demandent énormément d’exercices et ne se fatiguent jamais ! Les terriers par exemple peuvent courir toute une journée sans s’épuiser.

L’exercice physique permet au chien de libérer son trop-plein d’énergie. S’il ne le fait pas, cela va se traduire par des troubles du comportement (mordiller, creuser des trous dans le jardin, aboyer excessivement…)

Avant d’adopter un chien, assurez-vous que vous êtes capables de le  promener (ou que quelqu’un le fasse pour vous si vous êtes absents) : au minimum deux petites promenades par jour ou une GRANDE. La durée varie selon la race du chien (voir ci-dessus).

Si vous avez une cour et que vous y laissez votre chien seul, assurez-vous d’avoir une barrière assez grande pour qu’il ne saute pas par-dessus. Personne ne veut voir son chien s’enfuir ! C’est très bien qu’il puisse s’aérer, néanmoins, une sortie dans le jardin ne remplace pas une vraie promenade.

     2. Les exercices intellectuels

Stimulez  votre chien avec un entraînement basé sur les récompenses. En effet,  les chiens peuvent s’ennuyer et ont donc besoin de ce genre de stimulation pour être plus épanouis. Cela peut prendre par exemple la forme d’un entraînement à l’obéissance : vous lui apprenez à s’asseoir, à rester immobile et à venir quand vous l’appelez.

Si vous mettez en place des entraînements avec des récompenses à la clé, pendant lesquels un bon comportement est récompensé et où aucune punition n’est utilisée, l’expérience vécue par votre chien sera on ne peut plus heureuse et positive.

En outre, La plupart des chiens aiment l’aspect individuel d’un entraînement : le fait d’être seuls à seuls vous permettra de créer un lien fort pendant ces sessions.

L’exercice peut durer entre 10 et 20 minutes deux fois par jour, selon la capacité de concentration de votre chien. Essayez toujours de terminer la session par une note positive.

Enfin, récompensez votre chien à chaque fois qu’il obéit. Vous pouvez utiliser de petites friandises mais attention cependant à ne pas trop le nourrir. Ou alors vous pouvez simplement lui faire un gros câlin lorsqu’il fait quelque chose de bien : faites le test pour savoir ce qui le motive le plus 🙂

       3. La sociabilisation

Les chiots surtout ont besoin d’une phase significative de sociabilisation pour devenir de bons chiens adultes. Dès leur naissance, commencez à les confronter à un maximum de stimuli (prenez-les dans vos bras et présentez-les à différentes personnes, paysages, bruits, odeurs…). A l’âge de 18 semaines (âge à partir duquel la fenêtre de sociabilisation se réduit), ils considéreront cet environnement comme normal et n’auront pas un caractère peureux.

Si vous adoptez un chien déjà adulte, faites-lui vivre quand même différentes expériences. Faites simplement attention à ne pas le submerger car cela pourrait lui faire peur et le mettre mal à l’aise. Soyez patient et précautionneux lorsque vous présentez un objet qui fait peur à votre chien, laissez-le à une distance raisonnable pour ne pas l’alarmer. Récompensez une attitude calme, et au fil du temps, approchez l’objet, tout en continuant à récompenser votre chien afin qu’il commence à associer une expérience positive avec ledit objet.

Autorisez votre chien à jouer et à avoir un comportement en accord avec sa race. par exemple, les chiens courants comme les bassets ou le Bloodhound (chien de Saint Hubert) adorent suivre les odeurs. Assurez-vous alors de laisser le temps à votre chien de renifler son environnement pendant une promenade par exemple. Vous pouvez même en faire un jeu en déposant une odeur quelconque et en le laissant la suivre.

Et vous, quelles sont vos trucs et astuces pour occuper et stimuler votre chien ?

1 réflexion au sujet de “Prendre soin de son chien (4/5) – Exercer, sociabiliser et jouer”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.